Menu

Catégorie de la page

Ressources minérales et économie circulaire

3 questions à...

Nicolas Maes CEO Orano Mining

Portrait et citation
Nicolas Maes — CEO Orano Mining
Citation
Le BRGM nous apporte son expertise dans les procédés utilisant des micro-organismes pour l’exploitation des ressources minières.
Introduction d'entête
Avec IRONBIOX, Orano Mining s’est appuyé sur le BRGM pour développer un bioprocédé innovant, permettant d’améliorer le coût et le rendement d’extraction de l’uranium contenu dans un minerai à faible teneur.
Body

Pourquoi ce partenariat avec le BRGM ?

N. M. — Orano Mining est spécialisé dans les métiers du combustible nucléaire. Le groupe est né en 2016 du recentrage d’Areva, qui opérait alors sur toute la chaîne de l’industrie nucléaire.
Nous cherchons ici à améliorer le taux de récupération de l’uranium dans des minerais à faible teneur, précisément dans le but d’optimiser le coût d’exploitation et la durée de vie de la mine de Somaïr au Niger. Nous connaissions de longue date l’expertise du BRGM dans la bio-activation, et nos liens sont en quelque sorte naturels. Dès 2012, de premiers contacts avaient été pris pour des études de faisabilité dans le domaine de la bio-­oxydation, dans le cadre de la récupération de l’uranium in situ (ISL, In Situ Leaching) dans la mine de Katco au Kazakhstan, et pour la lixiviation en tas (Heap Leaching) de la mine à ciel ouvert de Somaïr au Niger.

Quelles expertises recherchez-vous, pour quels types de travaux ?

N. M. — Le projet IRONBIOX concerne le développement d’un bioprocédé permettant d’améliorer le coût et le rendement d’extraction de l’uranium contenu dans un minerai. Il est basé sur la production d’un oxydant (le fer ferrique Fe3+) généré par l’activité bactérienne. Le BRGM nous apporte son expertise en matière de procédés utilisant des micro-organismes pour l’exploitation des ressources minières ; le laboratoire possède une bonne compréhension des bio-environnements.
La collaboration s’est d’abord traduite par de la sous-traitance d’études thermodynamiques et la recherche et l’adaptation de paramètres critiques. Le BRGM a ensuite effectué un transfert de connaissances pour un pilote en centre d’essai, avec une assistance pour des essais et le dimensionnement du pilote. Cette assistance au pilotage est le fruit d’équipes communes mises en place entre le BRGM et le CIME, Centre d’innovation en métallurgie extractive dans lequel Orano Mining a fortement investi à Bessines sur Gartempe au Nord de Limoges (une nouvelle halle de pilotage qui concerne l’ensemble du cycle de l’uranium mais aussi la métallurgie au sens large et le recyclage).

Quel bilan en tirez-vous ?

N. M. — IRONBIOX est un projet innovant. Il a débuté en 2013, est entièrement financé par Orano Mining et nous en sommes désormais à la dernière étape, le pilotage industriel sur site est en cours de réalisation. La décision d’investissement a été prise pour une entrée en production au premier semestre 2022.
Nous retenons une collaboration forte, empreinte d’une grande confiance, d’une réelle volonté de réussite commune et d’un grand partage de connaissances. Nous souhaitons poursuivre la collaboration.