Menu

Catégorie de la page

Risques et aménagement du territoire

Projet phare / Après-mine : bassin houiller lorrain, des forages de rabattement contre le risque d’inondation

Introduction d'entête
Depuis 2008, le BRGM assure pour le compte de l’État la gestion opérationnelle de l’après-mine dans le bassin houiller lorrain. La surveillance de la remontée de la nappe d’eau souterraine des Grès du Trias inférieur (GTi) est un sujet phare de cette mission.
Body
Image
Forage de rabattement de nappe à Creutzwald.
© BRGM - N. Da Silva Maïa

En 2016 ont commencé des travaux originaux, appelés forages de rabattement, pour faire face à cette remontée et prévenir l’affleurement d’eau en surface. La nappe GTi se reconstitue sous l’effet conjugué de la fin des exhaures (les pompages des eaux au fond des mines) et de la diminution des prélèvements d’eau industrielle et potable. En conséquence les caves, fondations et jardins de certaines zones bâties en fond de vallée sont potentiellement exposés à l’apparition de zones détrempées.

Forages de rabattement pour les zones inondées

L’accompagnement et la surveillance de ce phénomène, de même que la prévention, sont au cœur du métier du DPSM, le Département Prévention et Sécurité Minière du BRGM. Les actions sont pilotées par les services de l’État en région (DREAL) qui s’appuient sur les capacités opérationnelles du DPSM et sur l’expertise de Géoderis, le groupement d’intérêt public constitué par le BRGM et l’INERIS visant à mieux identifier les mécanismes, les zones impactées et les grands enjeux associés. Outre la réalisation de piézomètres afin de mieux caractériser et suivre le phénomène, le BRGM a mis en place des forages dits de rabattement dans les zones touchées d’un quartier de la ville de Creutzwald. Rappelons qu’un forage de rabattement de nappe est un ouvrage provoquant une baisse du niveau d’une nappe d’eau souterraine à l’aide d’un pompage. Des travaux ont également été entrepris à l’échelle plus resserrée d’habitations.

Un million de m3 d’eau pompé à Creutzwald

Chaque année, ces forages pompent un volume d’eau cumulé de plus d’un million de m3 rien qu’à Creutzwald ! Les prélèvements dans la nappe sont complémentaires d’un pompage minier au puits 1 de la Houve. En 2019, le DPSM a réalisé des travaux permettant d’augmenter les capacités de pompage de 100 à 250 m3 par heure.

Ce dispositif de rabattement se révèle très efficace : les endroits touchés en centre-ville sont désormais dénoyés. De tels travaux, très importants pour le développement des collectivités, s’inscrivent dans la durée et constituent un grand enjeu d’avenir en matière d’après-mine dans le bassin houiller lorrain.

Portrait de l'auteur
Nicolas Da Silva Maïa — Hydrogéologue, chef de projet
Prénom de l'auteur
Nicolas
Nom de l'auteur
Da Silva Maïa
Fonction de l'auteur
Hydrogeologist, project leader