Menu

Catégorie de la page

Développement durable

Une vigilance active dans toutes nos missions

Introduction d'entête
Économique, sociale, environnementale, la politique du BRGM donne corps, à travers différents plans d’action, à sa responsabilité sociétale d’entreprise (RSE). Soutenue par une gouvernance responsable, cette démarche s’est renforcée en 2019 dans le domaine de la lutte contre la corruption et les atteintes à la probité.
Corps

Un code de conduite anticorruption

Après un important travail sur la déontologie en 2017 et 2018, le BRGM a poursuivi sa démarche autour de la gouvernance responsable, avec l’application de la loi dite Sapin 2. Ce texte vise à renforcer la lutte contre la corruption et les atteintes à la probité en imposant aux grandes entreprises une obligation de vigilance et la protection des lanceurs d’alertes. « La volonté du BRGM est de prévenir et de couvrir les risques, notamment ceux liés aux conflits d’intérêts, sur l’ensemble de ses activités grâce à une mise en conformité juridique, et ce également dans le but de renforcer la confiance de ses parties prenantes », affirme Fabienne Boutreau, déléguée RSE au secrétariat général.

Un code de conduite anticorruption a été conçu sur la base d’une cartographie des risques élaborée au préalable. Prolongeant le code de déontologie, ce document a été validé par le comité de direction puis intégré dans le règlement intérieur après consultation du comité d’entreprise, en avril 2019. Il décrit notamment les pratiques à proscrire, les situations à risques et la conduite à tenir. « Dans chaque cas, le code expose le contexte, identifie les personnes potentiellement concernées, indique les signaux qui doivent alerter et précise les règles à suivre, complète Fabienne Boutreau, désignée référente anticorruption. Il s’agit de ne laisser personne seul face à de telles situations en fournissant des repères et des garde-fous. » Des sanctions sont prévues en cas de non-respect du code.

Un dispositif de prévention a été présenté et déployé pour appuyer la démarche du BRGM et aider les salariés. Fondé sur la transparence et la connaissance, il inclut la formation du personnel exposé, sur le site d’Orléans et en régions, dans le cadre notamment des formations à la déontologie. Déjà pratiquée dans le cadre des expertises, la déclaration des liens d’intérêts a été étendue en 2019 et recommandée de manière systématique aux membres des instances de gouvernance (conseil d’administration, comités d’audit, scientifique, de déontologie…), aux dirigeants (membres du comité de direction et leurs adjoints) puis aux managers. L’ensemble des salariés a en outre été sensibilisé à cette déclaration pour laquelle un nouveau formulaire unique, conforme au règlement général sur la protection des données (RGPD), a été mis en œuvre. Accessible par l’intranet et assorti d’un mode d’emploi, il est rempli en ligne et recueilli sur une boite électronique dédiée pour être conservé au format numérique. « Cette démarche proactive vise à protéger le BRGM et ses salariés », souligne Fabienne Boutreau, qui se félicite du nombre de déclarations collectées en 2019, supérieur de près de 50 % à l’objectif visé.

Image
Le BRGM a organisé plusieurs animations et conférences lors des semaines européennes du développement durable puis de la mobilité. © BRGM - C. Boucley

Des animations renouvelées

En 2019 comme chaque année, le BRGM a participé aux grands événements en lien avec les enjeux du développement durable. Faisant écho aux préoccupations scientifiques qui sous-tendent ses travaux, des animations nouvelles ont permis d’aborder ces thématiques autrement. Trois conférences ont ainsi été proposées en juin et en septembre, dans le cadre de la Semaine européenne du développement durable d’abord, puis de la Semaine européenne de la mobilité. Organisées sur la pause méridienne et suivies d’un débat, elles ont permis à quelque 225 participants en présentiel, dans l’auditorium d’Orléans, et 35 en visioconférence en régions d’échanger avec des experts externes au BRGM sur les métaux rares, la voiture électrique ou encore la loi Mobilités.
Sur ce dernier sujet, l’établissement avait fait intervenir Bruno Malinverno, alors vice-président d’Orléans Métropole en charge des transports, des déplacements et de la politique ferroviaire. C’est également avec cette collectivité qu’a été organisée en novembre, pendant la Semaine de l’économie circulaire et solidaire, une visite de la chaufferie biomasse implantée dans le quartier de La Source. Pour cette même manifestation enfin, deux projections du film Tout s’accélère ont eu lieu à l’auditorium d’Orléans et en direct sur l’intranet. Un documentaire sur le rythme effréné du monde, suivi par plus de 140 spectateurs.

Image
Image

 

Texte encadré

Certification ISO 14001 : le BRGM prouve son engagement en faveur de l’environnement

Depuis 2012, en complément de sa certification ISO 9001, le BRGM porte un effort constant sur la maîtrise et la réduction de l’impact environnemental de ses activités. En 2019, le plan d’action environnemental a ainsi développé une trentaine de mesures. Parmi les actions menées sur le site d’Orléans, on peut citer le maintien de la biodiversité par la replantation de 130 arbres, l’installation de 500 nouveaux éclairages LED au cours des deux dernières années, et la mise en place de bornes de recharge électrique pour les véhicules. Les rejets dans l’environnement (eau et atmosphériques) sont surveillés par des dispositifs spécifiques, très régulièrement contrôlés. En région, il est à noter la mise en place de panneaux photovoltaïques sur le site de Montpellier. Enfin, les actions sur le terrain font l’objet d’une attention particulière pour prévenir les risques environnementaux, par exemple dans le domaine de l’après-mine où 7 projets majeurs ont fait l’objet dès leur conception et avant mise en œuvre d’une revue approfondie des enjeux et impacts environnementaux potentiels devant être couverts.

authors
Exergue
Un dispositif de prévention a été présenté et déployé pour appuyer la démarche du BRGM et fournir aux salariés des repères en matière de conduite anticorruption et de conformité éthique.
Prénom de l'auteur
Fabienne
Nom de l'auteur
Boutreau
Fonction de l'auteur
déléguée RSE, au Secrétariat général