Menu

Catégorie de la page

Stratégie scientifique

Vers un continuum entre recherche, activité industrielle et expertise

Introduction d'entête
Mieux répondre aux enjeux socio-économiques liés au sol et sous-sol ; assurer une meilleure continuité entre recherche, expertise et innovations pour les pouvoirs publics et les entreprises... Tels sont les principaux défis que s’est fixés le BRGM avec sa nouvelle stratégie scientifique. 2019 en a vu les premiers déploiements.
Corps
Image
Photographie par drône d’un effondrement de falaise sur la plage de Erretegia (Bidart, Pyrénées Atlantiques). © Observatoire de la Côte Aquitaine / Com’ by AVM

Déroulée en six enjeux, la nouvelle stratégie scientifique du BRGM se veut synonyme de visibilité et de lisibilité pour ses actions de recherche en géosciences. Elle se structure en missions transverses et grands secteurs d’applications.

Nos missions transversales

L’acquisition de l’information géologique est au cœur de notre mission de service géologique national. Une information qui a besoin d’être mise à jour constamment avec la progression des observations et l’amélioration des technologies et des concepts scientifiques.

La gestion et le traitement des données du sol et du sous-sol deviennent quant à eux un enjeu central pour un service géologique. Les données du BRGM sont généralement acquises avec des financements publics et il est primordial d’amplifier la diffusion des données dans le cadre des politiques de sciences ouvertes aux niveaux français et européens.

Nos grands secteurs d’applications

À côté de ces missions transversales, le BRGM déploie son action essentiellement autour de quatre grands secteurs d’applications :

  • Les risques et l’aménagement du territoire concernent la gestion des risques naturels et des vulnérabilités des territoires, ou encore le suivi et l’évaluation des risques liés aux anciennes activités industrielles et minières dans l’optique de contribuer à un aménagement durable et optimisé des territoires.
  • La gestion des eaux souterraines devient une composante déterminante, car les nappes sont soumises à la fois à une pression croissante des prélèvements anthropiques et au changement climatique qui perturbe significativement les paramètres de recharge. Il est nécessaire de mettre en œuvre des outils de suivi de plus en plus performants afin de prédire l’évolution de la ressource sur un plan qualitatif et quantitatif.
  • L’économie circulaire s’impose progressivement en France et en Europe. Le BRGM est l’un des rares établissements à pouvoir couvrir l’ensemble du champ de recherche et d’innovation sur l’analyse de la disponibilité des ressources minérales primaires combinée à leur cycle de vie.
  • La transition énergétique, enfin, va profondément modifier nos systèmes d’énergies avec des modes de production plus décentralisés, où le sous-sol peut devenir une composante significative. Le développement des géothermies, du stockage souterrain d’énergie ou de CO2 sont des technologies à forts potentiels économiques et d’innovation dans ce contexte.

Cette nouvelle stratégie scientifique est structurée en huit programmes. Surtout, ses orientations s’inscrivent résolument dans le cadre de relations entre la recherche, l’activité industrielle et l’expertise pour le domaine public. Le sous-sol et ses ressources nécessitent en effet un cadre dans lequel, souvent, les politiques publiques stimulent l’innovation et le besoin d’une meilleure compréhension des processus naturels affectant le sol et le sous-sol. Un triptyque fécond pour l’innovation, à travers un nouvel écosystème créatif.

Texte encadré

Nouveau souffle pour la recherche contractuelle

Le BRGM a atteint en 2019 un niveau record d’activité de recherche contractuelle avec les entreprises (de l’ordre de 4 M€), ainsi qu’avec les collectivités (près de 7 M€). Sur les principaux enjeux socio-économiques du moment que sont l’économie circulaire, le rôle du sous-sol dans la transition énergétique, les impacts et l’adaptation aux changements globaux, le BRGM soutient le développement de solutions innovantes en réponse aux problématiques industrielles et économiques. Le nombre d’entreprises qui nous font confiance a ainsi augmenté de plus de 50 % depuis 2016. Cela représente plus de 100 clients.

Les développements réalisés dans le cadre de nos missions de service public présentent également un fort intérêt pour le monde industriel et sont un réel potentiel d’innovation et de valorisation. À titre d’exemple, le BRGM a récemment créé, dans le cadre de l’économie circulaire, un service numérique innovant appelé HIGHTEX, issu de ses travaux pour le MTE (Ministère de la Transition écologique) sur la revalorisation des terres excavées. Un service porté par la start-up Soltracing dont le BRGM est coactionnaire avec le groupe Hesus.

D’autres projets vont dans le même sens : le dépôt de la marque ImmoTerre avec Bouygues, ou la création d’un service payant de prédiction du niveau des nappes d’eau souterraine issu de MétéEauNappe. Plus largement, le retour d’expérience de recherches contractuelles permet au MTE de bénéficier d’un REX sur la mise en application opérationnelle de sa doctrine en matière de politiques environnementales. Les résultats du projet VALTEX, mené avec Suez pour développer un prototype de plateforme de gestion des terres excavées, ont par exemple été pris en compte dans la révision du guide méthodologique sur la gestion des terres excavées.
Tous ces résultats illustrent et crédibilisent l’image du BRGM en tant que « partenaire d’innovation » des entreprises.

authors
Exergue
Décliner notre recherche en expertise et innovations pour les pouvoirs publics et les entreprises
Prénom de l'auteur
Philippe
Nom de l'auteur
Freyssinet
Fonction de l'auteur
Directeur de la Stratégie et de la Recherche
Prénom de l'auteur
Philippe
Nom de l'auteur
Papay
Fonction de l'auteur
Directeur du Développement