Menu
Catégorie de la page

innovation

L’industrialisation comme nouvelle cible

Suivant l’évolution continue et naturelle du cycle de maturation des projets innovants introduit par le nouveau Contrat d’objectifs (COMP), l’industrialisation fait figure de nouvelle cible pour le BRGM. À côté de cette politique volontariste qui oriente désormais le pôle innovation, 2023 est aussi marquée par l’accélération de l’ouverture vers l’écosystème startups en France.
Corps

La prise de conscience est faite depuis plusieurs années déjà : il est nécessaire d’orienter le BRGM vers l’application concrète de la recherche en géosciences menée par les chercheurs et les ingénieurs. L’innovation est au cœur de nos missions, dans notre ADN. 

Le BRGM a ainsi défini clairement ses axes de travail. Outre le développement d’une culture interne d’innovation et d’entrepreneuriat, ainsi que la protection et la valorisation de son patrimoine intellectuel, la maturation des projets et l’industrialisation, tout comme l’ouverture aux écosystèmes d’innovation sont les clés de l’innovation dans l’établissement. Après la création du pôle Innovation l’année précédente, 2023 a été marquée par un effort vers l’industrialisation des innovations d’une part, et l’ouverture aux startups d’autre part.

De la maturation à l’industrialisation

La maturation des concepts innovants à potentiel économique est entrée véritablement dans son rythme de croisière, avec 37 projets en cours. L’évolution continue de ce cycle de maturation des projets mène naturellement à l’industrialisation. Pour raffermir cette action, le BRGM mène une politique volontariste d’industrialisation des innovations, et oriente son pôle innovation vers une plus forte collaboration avec des industriels.

Cette stratégie orientée industrialisation se résume en quelques mots : il s’agit de trouver les moyens de mettre sur le marché une innovation par une montée à l’échelle avec soutien d’industriels. C’est un processus initié il y a cinq ans, avec maintenant son aboutissement logique en quelque sorte. Il est formalisé par projets, et mené par la même équipe que la phase maturation et piloté par l'équipe innovation.

Cinq projets sont aujourd’hui en phase d’industrialisation, dont quatre passés en 2023, avec des objectifs devancés par rapport au contrat d’objectifs, de moyens et de performance 2023-2027. Citons parmi eux le projet CO2 Dissolved avec SLB (lire « CO2-Dissolved : vers un déploiement industriel et commercial » page 59), et la traçabilité des matières avec le groupe Trace.

Le développement de l’innovation avec les industriels passe aussi par des projets d’innovation conjointe ou de R&D partagée, le BRGM apportant sa capacité de recherche appliquée (lire l’encadré).

Multiplier la collaboration avec des startups

Second axe de travail sur l’innovation en 2023 : le rapprochement avec l’écosystème startups. Il s’agit d’accélérer la collaboration avec les startups des secteurs liés aux sciences de la Terre. Pour ce faire, nous partons à la recherche de startups externes, au travers de concours comme INNEAUV, organisé avec l'IGN – Institut géographique national (lire l'encadré).

Sur ce plan, 2023 a fait l’objet d’une structuration de la collaboration externe et d’un renforcement de l’accueil. Parmi les principaux secteurs, citons l’imagerie satellitaire appliquée aux risques ou à l’eau par exemple, car les techniques y sont adaptées au savoir-faire du BRGM.

De leur côté, les startups trouvent un intérêt à exploiter des données du BRGM, mais aussi à travailler avec nos chercheurs dans une R&D commune, comme c’est notamment le cas avec NamR (lire l’encadré).

Toutes ces actions visent à aller au bout de la vocation d’application du BRGM en facilitant la valorisation des expertises et des concepts innovants du BRGM vers le monde socio-économique. 

Image

Le BRGM, en partenariat avec l’IGN, a lancé en 2023 l’appel à candidatures INNEAUV. Le thème : s’appuyer sur les données pour développer des innovations répondant aux enjeux de l’eau. Il s’agit de protéger la ressource en eau, d’améliorer la connaissance sur l’information de l’eau, et de prévenir et gérer les risques associés à l’eau. 40 candidatures ont nourri cet appel, dont les résultats seront donnés en avril 2024.


Image

Dans le domaine de la prévention et la remédiation des impacts sur les bâtiments par le phénomène de retrait-gonflement des sols argileux (RGA), le BRGM, avec Addactis et NamR, a construit le projet Bati-SimulaTerre qui vise à sensibiliser les propriétaires de biens immobiliers au risque RGA et à orienter leurs actions. Ce risque est identifié sur leur bien au travers d'un diagnostic à distance, et propose des mesures de prévention et protection adaptées. Cette solution, sous forme de plateforme distribuée en marque blanche aux assureurs et à d’autres acteurs, doit « révéler au plus tôt le risque réel pour déclencher l’action ».


Image

Cet acteur de la transition écologique s’est donné pour mission de valoriser les ressources locales en hélium et hydrogène naturel. La nature innovante de son activité a conduit 45-8 ENERGY à mener des travaux de R&D avec des équipes de recherche, notamment avec le BRGM depuis 2020. Ce programme porte sur la mise en cohérence des données liées à la géométrie des architectures géologiques du sous-sol avec celles issues de campagnes mobilisant des outils géophysiques dans un modèle 3D. L'objectif : prouver l’existence de la ressource, et caractériser un contexte géologique favorable au piégeage de gaz dans la zone des Avant-Monts du Jura (Doubs).

Auteurs
Exergue
Cinq projets d’innovation sont aujourd’hui en phase d’industrialisation, dont quatre passés en 2023 avec des objectifs devancés par rapport au contrat d’objectifs, de moyens et de performance 2023-2027.
Prénom de l'auteur
Victor
Nom de l'auteur
Liger
Métier de l'auteur
Responsable Innovation, Valorisation et Transfert,
Fonction de l'auteur
Direction de l’Innovation des activités commerciales et internationales (DICI)