Menu
Catégorie de la page

Inventaire des ressources minérales

Lancement de l’actualisation de l’Inventaire national des ressources minérales du sous-sol-français

Pour répondre aux enjeux de souveraineté nationaux et communautaires relatifs à l’approvisionnement en ressources minérales critiques, une mise à jour de l’Inventaire stratégique des ressources minérales du sous-sol français a été décidée par le président de la République et confiée au BRGM. Des chantiers territoriaux ont été identifiés et seront couverts par des campagnes d’acquisitions de données. Le projet d'une durée initiale de cinq ans sera financé dans le cadre de France 2030 et de l’ANR.
Corps

Dans le contexte de l’adoption européenne du CRM Act en décembre 2023, et en cohérence avec les impulsions politiques lancées en France à la suite du « rapport Varin », le président de la République a annoncé en septembre 2023 lors du Conseil de planification écologique, la mise à jour de l'Inventaire des ressources minérales (IRM) du sous-sol français. Cette initiative vise à identifier les zones susceptibles d’abriter des ressources minérales d’intérêt dans le but de réduire notre dépendance vis-à-vis des importations de matières premières et secondaires. De plus, cette mise à jour est conçue pour garantir la sécurité et la souveraineté de la nation en matière d’approvisionnement en ressources minérales tout en promouvant une utilisation plus efficace et durable de ces ressources, ce qui contribuera à renforcer la résilience de notre économie. 

L'inventaire minier de référence a en effet été réalisé entre 1970 et 1995 et est obsolète pour plusieurs raisons :

  • Plus de 30 % des « zones d'intérêt prospectif » (domaines de socle et leurs bordures mésozoïques) n’ont pas été étudiées lors du précédent exercice (Cassard et al., 2012 ; Bertrand et al., 2016) du fait de l'existence à l'époque de permis exclusifs de recherche (PER) détenus par des opérateurs privés sur ces zones.
  • Les techniques d'exploration minérales ont considérablement évolué ces dernières années, profitant des avancées technologiques majeures qui ont vu le jour depuis les années 1980 (par exemple, les levés géophysiques à grande échelle, les techniques analytiques en géochimie). 
  • L’inventaire des années 1980 était focalisé sur certaines substances qui correspondaient aux priorités de l’époque. De nombreuses autres substances, considérées aujourd’hui comme critiques et stratégiques n’ont été ni recherchées, ni analysées (Lithium, Tantale, Césium, Gallium, Germanium, Hafnium…) ou avec des limites de détection bien trop élevées pour permettre l’identification d’anomalies géochimiques. Le futur inventaire corrigera ce biais important.
    Dans cette optique, l'objectif majeur du projet IRM est de se concentrer spécifiquement sur les phases d’exploration stratégiques visant à identifier les secteurs les plus favorables à la présence de ressources minérales.

Les défis à relever

Le succès de ce nouvel inventaire d’envergure nationale nécessitera de relever plusieurs défis :

  • Déployer sur le territoire des campagnes d’acquisition terrestres et aéroportées conséquentes d’un point de vue logistique.
  • Mobiliser et coordonner un écosystème français dispersé, faute d'activité régulière sur le territoire hexagonal depuis une trentaine d'années.
  • Créer de la valeur ajoutée et de l’innovation de pointe avec une approche dynamique et ouverte aux partenariats.
  • Accompagner ces travaux d’une communication efficace et d’une médiation scientifique adaptée permettant d’expliquer les moteurs politiques, économiques et sociétaux ainsi que les détails techniques de l’action entreprise.
Image
Légende

Campagne d'acquisition en géophysique héliportée. Cette technique d’acquisition de données géologiques sera utilisée dans le cadre de l’Inventaire des ressources minérales. © Alexandre Magnan

L’organisation

Le BRGM a mené un travail de préfiguration de l'IRM en collaboration avec la Délégation interministérielle aux approvisionnements en minerais et métaux stratégiques (DIAMMS), la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN) et le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI). Le programme technique de l’IRM a été arbitré en se basant sur des critères pluridisciplinaires intégrant à la fois les priorités scientifiques et celles des politiques publiques. Il en résulte un programme visant à maximiser l'identification des gisements d'intérêt tout en assurant la cohérence avec les politiques territoriales.

Les différentes méthodes de travail (ex. : géochimie, géophysique, géologique) devront permettre d’identifier des gisements « cachés sous couverture » (et donc non détectables en surface) et jamais identifiés dans le passé, ou des extensions, en profondeur, de gisements historiquement identifiés.

Le projet a ainsi été façonné afin de prendre en compte les éléments suivants :

  • Une mise en œuvre opérationnelle rapide, avec un démarrage fin 2024 et cinq ans pour réaliser le projet.
  • La publication régulière de résultats/livrables tout au long du processus. 
  • L'adoption des approches et technologies les plus performantes et innovantes pour optimiser la qualité des résultats, notamment dans le domaine de l'intelligence artificielle et des sciences de la donnée.
  • L'établissement de collaborations étroites avec l'écosystème français de la recherche et des entreprises innovantes, et le réseau international des Services géologiques.
  • L’assurance d'une agilité indispensable pour assurer une réactivité suffisante en vue de la réalisation du projet.
    Le BRGM sera seul porteur du programme. Il s’appuiera, pour réaliser ces travaux, sur divers sous-traitants dont, en particulier, une filiale nommée BRGM EXPLORE qui sera chargée de la mise en œuvre opérationnelle du programme technique, le BRGM en assurant pour sa part le pilotage administratif, financier et scientifique (innovation, interprétation, diffusion). 

Pour assurer la mise en œuvre opérationnelle, la filiale pourra elle-même s’appuyer sur des sous-traitants spécialisés, en particulier pour ce qui concerne la réalisation des vols aéroportés, la collecte des échantillons de sédiments et leurs analyses multi-élémentaires en laboratoires. 

Auteurs
Exergue
L’actualisation de l’Inventaire national des ressources minérales est conçue pour garantir la sécurité et la souveraineté de la nation en matière d’approvisionnement en ressources minérales tout en promouvant une utilisation plus efficace et durable.
Prénom de l'auteur
Christophe
Nom de l'auteur
Poinssot
Métier de l'auteur
Directeur général délégué et directeur scientifique
Prénom de l'auteur
Blandine
Nom de l'auteur
Gourcerol
Métier de l'auteur
Ingénieure chercheur métallogéniste